Le léopard vice-royal
  1. La gouverneure générale du Canada
  2. Son Excellence la très honorable Julie Payette
Nouvelle & événements
  • Aperçu avant impression
  • Imprimer: 
  •  Envoyez à Facebook (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  •  Envoyez à Twitter (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Envoyez à email (Ouvre dans une nouvelle fenêtre)
  • Partager: 

Nouvelles

Cérémonie d'investiture de l'Ordre du Canada

Le 3 juillet 2018

La gouverneure générale investira 27 récipiendaires de l’Ordre du Canada
lors d’une cérémonie à la Citadelle de Québec

OTTAWA — Son Excellence la très honorable Julie Payette, gouverneure générale du Canada, remettra l’Ordre du Canada à 5 Officiers et 22 Membres lors d’une cérémonie d’investiture à la Citadelle de Québec, le jeudi 5 juillet 2018 à 10 h 30 (HAE).La cérémonie sera diffusée en direct à www.gg.ca/endirect.

À propos de l’Ordre du Canada
Créé en 1967, l’Ordre du Canada, une des plus prestigieuses distinctions honorifiques civiles au pays, reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. Près de 7000 personnes de tous les milieux ont été investies de l’Ordre. Leurs contributions sont diverses, mais toutes ont permis d’enrichir la vie d’autrui et reflètent la devise de l’Ordre : DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM (« Ils désirent une patrie meilleure »). Les nominations sont faites par le gouverneur général selon les recommandations du Conseil consultatif de l’Ordre du Canada. Pour en apprendre davantage sur l’Ordre du Canada ou pour soumettre une candidature, visitez www.gg.ca/distinctions

L’horaire de la cérémonie d’investiture, la liste des récipiendaires, leurs citations ainsi qu’une fiche d’information sur l’Ordre du Canada sont joints au présent avis aux médias.

-30-

Les représentants des médias qui souhaitent couvrir cet évènement sont priés de confirmer leur présence auprès du Bureau de presse de Rideau Hall et de se présenter à 10 h 15 au plus tard, le jour de la cérémonie. Ils devront présenter leur carte de presse à la guérite de la Citadelle (Côte de la Citadelle, près de la porte Saint-Louis) et se rendre à la salle de bal par la porte de l’administration. 

Renseignements pour les médias :

Sara Régnier-McKellar
Bureau de presse de Rideau Hall
613-993-2569 (bureau)
613-301-2465 (cell.)
sara.regnier-mckellar@gg.ca

Suivez GGJuliePayette et RideauHall sur Facebook, Twitter et Instagram.

 

HORAIRE DE LA CÉRÉMONIE

Les membres des médias sont priés d’observer l’horaire suivant :

9 h 45 :

Arrivée des médias à la Citadelle de Québec

10 h 30 :

Début de la cérémonie d’investiture

 

Allocution de la gouverneure générale

 

Remise des insignes de l’Ordre du Canada par la gouverneure générale

11 h 00 :

Entrevues avec les récipiendaires 


RÉCIPIENDAIRES

OFFICIERS DE L’ORDRE DU CANADA

Lee Maracle, O.C.

Toronto (Ont.)

Émile Martel, O.C.

Montréal (Qc)

Sylvain Moineau, O.C.

Québec (Qc)

Michèle Stanton-Jean, O.C., O.Q.

Outremont (Qc)

Denis Villeneuve, O.C.

Montréal (Qc)

 

MEMBRES DE L’ORDRE DU CANADA

Alain Caron, C.M.

Boucherville (Qc)

Léonie Couture, C.M., C.Q.

Montréal (Qc)

Michel Dallaire, C.M., C.Q.

Québec (Qc)

Lise Gaboury-Diallo, C.M.

Winnipeg (Man.)

François Godbout, C.M.

Dunham et Montréal (Qc)

Rick Green, C.M., O.Ont.

Waterdown (Ont.)

Sibylla Hesse, C.M.

Dunham et Montréal (Qc)

Margo Kane, C.M.

Vancouver (C.-B.)

François Mario Labbé, C.M., C.Q.

Montréal (Qc)

Catherine Anne Martin, C.M.

Blind Bay (N.-É.)

Peter Gould McAuslan, C.M.

Montréal (Qc)

Nancy Neamtan, C.M., O.Q.

Montréal (Qc)

Michel Noël, C.M., C.Q.

Saint-Damien (Qc)

Madeleine Paquin, C.M.

Montréal (Qc)

Marcelline Picard-Kanapé, C.M., C.Q.

Pessamit (Qc)

Jane Ash Poitras, C.M.

Edmonton (Alb.)

Judy Rogers, C.M.

Vancouver (C.-B.)

Beverley Noel Salmon, C.M., O.Ont.

Toronto (Ont.)

Claude Snow, C.M., O.N.B.

Caraquet (N.-B.)

William Earl Stafford, C.M.

Winnipeg (Man.)

Basil Leo Stewart, C.M.

Summerside (Î.- P.-É.)

Lorne Waldman, C.M.

Toronto (Ont.)

 

CITATIONS DES RÉCIPIENDAIRES

OFFICIERS DE L’ORDRE DU CANADA

 Lee Maracle, O.C.
Toronto (Ontario)

Si’yam Lee Maracle est reconnue comme étant l’une des voix autochtones les plus influentes sur la scène littéraire canadienne. Enseignante traditionnelle, aînée et formatrice à l’Université de Toronto, elle a été l’une des premières auteures autochtones à être publiée au Canada au début des années 1970. Son œuvre, composée d’ouvrages de fiction et de nature générale, ainsi que d’anthologies poétiques, aborde le genre, la sexualité et les relations culturelles entre les peuples autochtones et non autochtones. Elle a lancé un dialogue ayant joué un rôle déterminant dans la promotion de la justice sociale au Canada.

Émile Martel, O.C.
Montréal (Québec)

Durant sa carrière diplomatique et sa vie d’écrivain, et surtout dans l’action bénévole, Émile Martel a su promouvoir et élargir nos richesses culturelles et éveiller notre conscience sociale. Grâce à ses nombreuses publications et à ses traductions de l’anglais et de l’espagnol, ce poète primé est intervenu sur tous les fronts en défense de la liberté d’expression et de la culture tant au Canada qu’à l’étranger. Il a longtemps présidé le Centre québécois du P.E.N. international et l’Académie des lettres du Québec.

Sylvain Moineau, O.C.
Québec (Québec)

La passion et l’esprit de collaboration du microbiologiste Sylvain Moineau ont mené à de précieuses avancées scientifiques dans son domaine. Professeur à l’Université Laval, il est le conservateur de la plus grande collection de bactériophages au monde et un expert mondial en la matière. Il a joué un rôle prépondérant dans la compréhension des virus bactériens et des systèmes CRISPR-Cas qui sont liés à une technologie d’édition de génomes. Un collaborateur et un mentor estimé, il vulgarise également la science et ses recherches afin de transmettre son enthousiasme au grand public.

Michèle Stanton-Jean, O.C., O.Q.
Outremont (Québec)

Michèle Stanton-Jean a voué sa carrière à l’avancement des causes sociales. Une historienne de formation, elle est reconnue pour ses travaux novateurs sur l’histoire des femmes au Québec et pour ses efforts visant à promouvoir l’éducation des adultes. Après avoir occupé de nombreux postes aux gouvernements fédéral et du Québec, elle a été présidente du Comité international de bioéthique de l’UNESCO, dirigeant la création de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme. Une fervente défenseure de l’intégrité, elle est présidente du Comité conjoint sur la conduite responsable en recherche des Fonds de recherche du Québec.

Denis Villeneuve, O.C.
Montréal (Québec)

Son auditoire et la critique le disent génie du cinéma; Denis Villeneuve, lui, se dit rêveur professionnel. Son œuvre cinématographique dépeint la condition humaine. Tantôt de façon contemplative, tantôt à une vitesse et avec une intensité fulgurantes et toujours intuitivement, il transporte les cinéphiles au plus profond de ses personnages. Sa caméra et sa plume repoussent les limites du drame et de la science-fiction : Polytechnique, Incendies, Arrival et Blade Runner 2049 ne sont que quelques titres signés par cet esthète reconnu comme l’un des meilleurs réalisateurs de sa génération.

MEMBRES DE L’ORDRE DU CANADA

Alain Caron, C.M.
Boucherville (Québec)

Depuis 40 ans, le bassiste Alain Caron contribue remarquablement au monde du jazz-fusion contemporain. Ayant amorcé sa carrière avec le groupe UZEB dans les années 1980, il a évolué sur les scènes nationales et internationales, où il s’est taillé une réputation de virtuose de la basse électrique à six cordes. On reconnaît aujourd’hui sa contribution au slap, son lyrisme prononcé et la justesse de ses notes. Responsable du programme de maîtrise en interprétation-composition jazz à l’Université de Montréal, il est un maître et un professeur invité très apprécié.

Léonie Couture, C.M., C.Q.
Montréal (Québec)

Une pionnière de la santé relationnelle, Léonie Couture est la fondatrice et directrice générale de La rue des Femmes. Portée par une vision humaniste et féministe, elle se consacre depuis près de 40 ans à donner une voix à celles qui vivent en situation de pauvreté et d’itinérance. Au-delà du logement et des repas offerts dans les trois maisons de l’organisme à Montréal, elle assure les soins, l’accompagnement et la sécurité des femmes pour leur permettre de guérir de leurs blessures et souffrances. Ses efforts soutenus atténuent l’affliction de plus d’un millier de femmes chaque année.

Michel Dallaire, C.M., C.Q.
Québec (Québec)

Par sa nature généreuse, Michel Dallaire améliore la vie des autres. Homme d’affaires expérimenté dans le monde de la construction et de l’immobilier, il a triplé le portefeuille du Fonds de placement Cominar et est devenu un conseiller en collecte de fonds respecté. Comme chef de la direction du Fonds, il a instauré une culture philanthropique au sein de sa compagnie et donne l’exemple par son engagement soutenu envers des œuvres caritatives. Sa résidence principale a été transformée en maison de répit pour enfants lourdement handicapés ou en fin de vie, afin qu’ils jouissent des meilleurs soins, entourés de leur famille.

Lise Gaboury-Diallo, C.M.
Winnipeg (Manitoba)

Lise Gaboury-Diallo est une importante figure de la littérature franco-canadienne de l’Ouest. Elle est professeure titulaire au département d’études françaises, de langues et de littératures de l’Université de Saint-Boniface et ses recherches se spécialisent notamment dans les œuvres littéraires et l’engagement social des femmes canadiennes. Auteure primée, elle a signé plusieurs recueils de poésie, nouvelles et pièces de théâtre à l’image de ses expériences uniques. Engagée au service de la langue et de la culture française, elle promeut sans relâche la francophonie en milieu minoritaire et est reconnue pour son mentorat auprès des jeunes auteurs.

François Godbout, C.M. et Sibylla Hesse, C.M.
Dunham et Montréal (Québec)

Voués au mieux-être de leur prochain, François Godbout et Sibylla Hesse incarnent la générosité et le dévouement. Ce couple engagé appuie, notamment au moyen de leur fondation, plusieurs organisations de bienfaisance visant à améliorer les conditions de vie des jeunes et des personnes âgées, à lutter contre la maladie et la pauvreté, et à faire la promotion des arts et de la culture. Outre leur philanthropie, ils s’investissent dans la promotion de la recherche sur le diagnostic et le traitement de l’encéphalomyélite myalgique, une maladie aussi connue sous le nom de syndrome de fatigue chronique.

Rick Green, C.M., O.Ont.
Waterdown (Ontario)

Rick Green passe par le rire afin de divertir le public et de le sensibiliser. Comédien, auteur et producteur, il est connu pour son travail dans la troupe Frantics et dans des séries télévisées primées comme The Red Green Show, History Bites et Prisoners of Gravity. Depuis qu’il a reçu un diagnostic de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH), il utilise son humour et sa passion pour défendre les personnes aux prises avec ce trouble. Il a créé des outils de communication notoires qui servent à dissiper les mythes et il propose des solutions adaptées à des millions d’adolescents et d’adultes atteints d’un TDAH dans le monde.

Margo Kane, C.M.
Vancouver (Colombie-Britannique)

L’ardeur démontrée par Margo Kane pour honorer le théâtre autochtone est stimulante et contagieuse. Artiste interdisciplinaire ayant joué sur scène, au cinéma et à la télévision, elle a également écrit des œuvres qui représentent les expériences vécues par les Autochtones au Canada. Moonlodge, l’œuvre inspirante qu’elle a réalisée en solo et qui combine des chants, de la danse et des contes, voyage partout au Canada et à l’étranger depuis maintenant plus d’une décennie. Fondatrice de la société Full Circle : First Nations Performance et du Festival Talking Stick, elle a permis à de nombreux artistes de célébrer fièrement la richesse de leurs langues, de leurs cultures et de leurs formes d’expressions artistiques.

François Mario Labbé, C.M., C.Q.
Montréal (Québec)

Depuis 40 ans, François Mario Labbé consacre sa carrière à la promotion internationale de nos grands musiciens. Fondateur d’Analekta, la plus grande maison de disques de musique classique indépendante au Canada, il fait découvrir les talents d’ici pour le plus grand bonheur des mélomanes. Il a également produit un nombre important de spectacles sur de grandes scènes et lancé la carrière de plusieurs artistes. Conseiller avisé, il a joué un rôle important dans la gouvernance de la musique auprès de la SODEC, de l’ADISQ et du Conseil canadien de la musique.

Catherine Anne Martin, C.M.
Blind Bay (Nouvelle-Écosse)

Conteuse passionnée, Catherine Anne Martin occupe une place unique dans l’histoire du cinéma canadien et autochtone. En tant que première cinéaste micmaque de la région de l’Atlantique, elle a porté à l’écran les réalités des Autochtones grâce à son œuvre prolifique et ses documentaires primés. Elle est une défenseure importante des arts autochtones, de l’éducation, des droits linguistiques et fondamentaux et elle a renforcé la culture micmaque, malécite, innue et inuite dans l’ensemble du Canada en tant qu’enseignante, facilitatrice et mentore.

Peter Gould McAuslan, C.M.
Montréal (Québec)

Peter McAuslan a fondé une entreprise prospère à l’avant-garde du secteur des microbrasseries au Québec : la Brasserie McAuslan, qui est réputée pour ses produits de qualité et ses solides liens avec la collectivité locale. Il est également un mécène de longue date, comme l’illustre le soutien qu’il accorde au Festival St-Ambroise Fringe, au Festival de musique pop de Montréal et au Festival des films du monde de Montréal. De plus, il a joué un rôle de premier plan dans la préservation du patrimoine écossais de la ville en créant une chaire de recherche en études canado-écossaises à l’Université McGill.

Nancy Neamtan, C.M., O.Q.
Montréal (Québec)

Nancy Neamtan contribue avec toute son énergie à édifier des communautés fortes et prospères à l’échelle du Québec et du monde. Cofondatrice et ancienne présidente du Chantier de l’économie sociale, elle préconise une économie à vocation sociale et un développement économique communautaire plus inclusif et démocratique. Son œuvre a contribué directement à la création d’emplois, à la revitalisation des communautés et au développement d’entreprises locales durables. Activement impliquée sur la scène nationale et internationale, elle se voue à diverses causes, notamment la lutte contre la pauvreté et l’accès aux emplois et à l’éducation.

Michel Noël, C.M., C.Q.
Saint-Damien (Québec)

Michel Noël a grandement contribué à promouvoir le patrimoine culturel autochtone et à en favoriser la compréhension au Canada et à l’étranger. Un écrivain et conteur métis primé d’ascendance algonquine, il utilise sa plume pour renforcer l’identité culturelle chez les jeunes Autochtones et faire connaître la culture autochtone à tous les publics. Connu pour ses romans et séries jeunesse, il a écrit sur une multitude de facettes culturelles, reprenant des histoires orales, des mythes et des légendes, décrivant des œuvres artisanales et présentant des traditions culinaires.

Madeleine Paquin, C.M.
Montréal (Québec)

Chef d’entreprise audacieuse, Madeleine Paquin est largement impliquée dans tous les aspects de l’industrie maritime. Misant sur la réduction de l’empreinte environnementale, elle dirige Logistec, une société qui œuvre dans les industries maritimes et environnementales à travers l’Amérique du Nord, de l’Arctique aux Everglades. Au-delà des rives, elle est très active en gouvernance et est reconnue pour promouvoir la présence des femmes dans le milieu des affaires. Elle prête également temps et énergie à des causes caritatives, dont la recherche sur le cancer du cerveau.

Marcelline Picard-Kanapé, C.M., C.Q.
Pessamit (Québec)

Marcelline Picard-Kanapé est championne de l’éducation des Autochtones. Première Innue à obtenir un brevet d’enseignement au Québec, elle a été enseignante et administratrice scolaire dans diverses communautés innues de la province durant quatre décennies. Elle a ardemment prôné l’utilisation des langues autochtones dans le milieu de l’éducation, ce qui a mené à la normalisation de l’innu-montagnais. Première femme à faire partie du conseil de bande de la nation innue de Pessamit et à être élue chef, elle a su inspirer les nouvelles générations de dirigeantes autochtones.

Jane Ash Poitras, C.M.
Edmonton (Alberta)

Grâce à sa vision artistique unique, Jane Ash Poitras donne une voix aux peuples autochtones du Canada en abordant divers sujets et thèmes. Artiste visuelle d’origine crie célébrée à l’échelle internationale, elle utilise des techniques mixtes pour réaliser des collages contemporains qui revêtent une profonde signification sociale et culturelle. Ses œuvres ont été exposées en solo et en groupe dans plusieurs collections publiques et privées au Canada et ailleurs dans le monde. Affiliée à l’Université de l’Alberta, elle prononce régulièrement des allocutions dans des universités et dans des galeries en Amérique du Nord et à l’étranger.

Judy Rogers, C.M.
Vancouver (Colombie-Britannique)

Judy Rogers est une chef de file de l’innovation au sein des administrations municipales. Dans le cadre de ses fonctions précédentes de directrice générale de la Ville de Vancouver, elle a su diriger la ville au cours d’une période de croissance remarquablement dynamique et a contribué à améliorer la coordination entre différents ordres de gouvernement et la société civile. En outre, elle a imaginé l’Accord de Vancouver, une initiative sur l’aménagement urbain qui porte sur les questions d’ordre économique, social, de santé et de sécurité. Elle a aussi joué un rôle fondamental dans la présentation de la candidature de la ville en vue des Jeux olympiques et des Jeux paralympiques d’hiver de 2010, et elle a par la suite siégé au comité organisateur.

Beverley Noel Salmon, C.M., O.Ont.
Toronto (Ontario)

Beverley Salmon est un modèle d’engagement civique. Première femme conseillère noire de Toronto, elle a plaidé pour des politiques et pratiques plus inclusives dans l’administration municipale. Durant sa vaste carrière, elle a travaillé au Conseil scolaire de Toronto, à l’Alliance urbaine sur les relations interraciales et au Conseil sur le statut de la femme de l’Ontario. Elle est aussi devenue une championne dévouée du bien-être social et éducationnel des communautés noires de la ville. Bien qu’officiellement à la retraite, elle demeure une bénévole active, un modèle à suivre et une mentore auprès des membres de sa communauté locale.

Claude Snow, C.M., O.N.B.
Caraquet (Nouveau-Brunswick)

Un champion de la justice sociale, Claude Snow œuvre depuis près d’un demi-siècle à défendre les droits des plus démunis. Empreint de créativité, d’empathie et de persévérance, il mène un combat contre les inégalités et travaille sans relâche pour le bien des autres. Par l’intervention, l’enseignement et avec un dévouement inspirant, il accompagne les populations vulnérables qui désirent connaître leurs droits et les dirige vers les services dont ils ont besoin. Auteur de nombreuses publications et études, il milite pour l’amélioration des conditions sociales à travers la Péninsule acadienne du Nouveau-Brunswick.

William Earl Stafford, C.M.
Winnipeg (Manitoba)

Earl Stafford est une légende de la musique au Manitoba. Pianiste et chef d’orchestre, il a été pendant plus de 25 ans directeur musical de l’illustre Ballet royal de Winnipeg. Il est bien reconnu au Canada, ayant travaillé avec de nombreux orchestres du pays, notamment à titre de directeur artistique de l’Orchestre symphonique de Saskatoon. Tout au long de sa carrière, il s’est engagé à préserver l’accompagnement musical en direct pour les danseurs. Il appuie avec enthousiasme la musique émergente et contemporaine et les compositeurs canadiens.

Basil Leo Stewart, C.M.
Summerside (Île-du-Prince-Édouard)

Par son leadership, Basil Stewart a contribué à la vitalité et à la croissance économique de sa communauté et de sa province. Maire durant plus de 25 ans, il a piloté la création et l’élargissement des nouvelles entreprises et infrastructures de Summerside, héritage qui profitera aux générations à venir. Tout au long de son mandat, il a siégé à divers comités régionaux et nationaux, notamment comme président de la Fédération canadienne des municipalités. Il continue de mettre son savoir à contribution comme membre du conseil d’administration de la Commission de la capitale nationale.

Lorne Waldman, C.M.
Toronto (Ontario)

Lorne Waldman est l’un des avocats spécialisés en droit de l’immigration et des réfugiés les plus en vue du Canada. Il a fréquemment représenté avec succès des clients devant les tribunaux, souvent à titre gracieux, dans le cadre de causes très médiatisées, entre autres au sujet du port du niqab lors des serments de citoyenneté, du rétablissement des soins de santé pour les réfugiés et de l’invalidation du recours aux certificats de sécurité. Il est également bénévole pour l’Association du Barreau canadien ainsi que membre fondateur et premier président de l’Association canadienne des avocats et avocates en droit des réfugiés.

FICHE D’INFORMATION SUR L’ORDRE DU CANADA

Créé en 1967 par Sa Majesté la reine Elizabeth II, l’Ordre du Canada est la pierre angulaire du Régime canadien de distinctions honorifiques. Il reconnaît des réalisations exceptionnelles, le dévouement remarquable d’une personne envers la communauté ou une contribution extraordinaire à la nation. Des Canadiens de tous les milieux de la société ont reçu l’Ordre du Canada. La nature de leurs réalisations est extrêmement variée, mais la façon dont ils ont changé nos vies et le visage de notre pays les unit.

Devise et grades

La devise de l’Ordre, DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM, signifie « Ils désirent une patrie meilleure ». Sa Majesté la Reine est la souveraine de l’Ordre et le gouverneur général est chancelier et Compagnon principal de l’Ordre.

Compagnon – Initiales honorifiques : C.C.
souligne la prééminence sur la scène nationale, ou les réalisations, ou les services rendus à l’échelle internationale

Officier – Initiales honorifiques : O.C.
souligne les services ou les réalisations au niveau national

Membre – Initiales honorifiques : C.M.
souligne les contributions remarquables au niveau local ou régional, ou dans un domaine particulier

Description de l’insigne

L’insigne de l’Ordre du Canada a la forme d’un flocon de neige à six pointes et arbore en son centre une feuille d’érable entourée d’un anneau rouge sur lequel est circonscrite la devise de l’Ordre : DESIDERANTES MELIOREM PATRIAM (ils désirent une patrie meilleure). L’anneau est placé sous la couronne royale. L’insigne est fait d’argent fin et est composé de trois pièces individuelles : le flocon, l’anneau et la feuille d’érable. La couleur est ajoutée à la main par l’application d’un émail opaque et translucide.

L’insigne de l’Ordre du Canada a initialement été conçu en 1967 par Bruce Beatty, C.M., S.O.M., C.D. Les dessins techniques utilisés par la Monnaie royale canadienne pour créer l’insigne ont été conçus par l’Autorité héraldique du Canada à la Chancellerie des distinctions honorifiques, qui fait partie du Bureau du secrétaire du gouverneur général. L’insigne, dont la fabrication a été remise à jour, est produit par la Monnaie, dans son installation située à Ottawa.

Admissibilité

Tous les Canadiens et Canadiennes sont admissibles à l’Ordre du Canada, à l’exception des politiciens et des juges fédéraux et provinciaux en fonction. La constitution de l’Ordre permet à des non-Canadiens d’être admissibles à des nominations à titre honorifique. Les membres de la famille royale, les gouverneurs généraux ainsi que leurs époux respectifs sont nommés membres extraordinaires de l’Ordre. L’Ordre ne peut être décerné à titre posthume.

Les Officiers et les Membres peuvent être promus dans l’Ordre en reconnaissance de nouvelles réalisations, pourvu qu’ils aient continué à œuvrer au service du pays d’une manière exceptionnelle et extraordinaire. Habituellement, une promotion peut être envisagée à partir de la cinquième année de la nomination initiale.

Nominations

Toute personne ou tout groupe peut présenter la candidature d’individus dignes d’être nommés au sein de l’Ordre du Canada. Les nominations sont faites sur recommandation du Conseil consultatif de l’Ordre, un conseil indépendant présidé par le juge en chef du Canada. Les membres du Conseil reflètent la diversité et l’excellence au sein de la société canadienne. Certains d’entre eux sont nommés en vertu de la fonction qu’ils occupent; d’autres sont nommés pour un mandat d’une période déterminée afin d’assurer une représentation équilibrée des diverses régions du pays.